Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici Sylvie de Meurville, mont d'ici

 

Sylvie de Meurville, mont d'ici

Commande liée à l'architecture du Centre d'art
Polyester stratifié et eau, 1200 x 300 x 120 cm, Fondation François Schneider Wattwiller,
Haut-Rhin, 2011/2013.
 
 
 
Mont d'ici

La sculpture fait référence au sommet qui surplombe le centre d'art, le Hartzmanwillerkopf, important lieu de combat pendant la première guerre mondiale, où les soldats sont restés face à face pendant quatre ans. J'avais été frappée en visitant le mémorial du HWK par l'histoire de cette montagne qui avait été personnifiée par les soldats qui l'ont habitée : les reliefs étaient désignés sur la carte par "cuisse gauche" ou "cuisse droite", tant l'intimité avec le paysage s'était développée, et bien sûr la fantasmagorie érotique. J'ai toujours été sensible à cette personnification de la nature. Le paysage a pris l'échelle humaine, il est blanc et souligné par des filets d'eau. Quand on le voit de dessus, il épouse les courbes d'un corps féminin allongé dont le point le plus haut, le sommet du Molkenrain, serait la hanche.
 
 
Sylvie de Meurville