Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés Sylvie de Meurville, paysages plissés

 

Sylvie de Meurville, paysages plissés

Maurienne 1, 3, 4, 5, polyester blanc stratifié, env. 28 x 19 x 8 cm, longueur avec
accroche au mur : 50 cm, 2012. Crédit photo "Eol".

 
 
 
Paysages plissés

Lire le texte de Gilbert Lascault

Paysages pour promenades mentales, ces petits territoires isolés allient la quiétude des étendues glacées et l'envolée des drapés baroques. En référence aux sculptures du Bernin, où les drapés deviennent des structures abstraites qui conduisent le regard vers le sujet, je recherche dans les lignes de plis des itinéraires visuels. Ils se dessinent en déployant un papier calque froissé qui est ensuite rigidifié à la résine polyester blanche. Ils évoquent ainsi la légèreté et le mouvement d'une peau qui s'envole.
Les petits paysages ainsi créés tentent d'ouvrir une échappée dans l'espace clos de l'atelier, à la manière des peintres de la renaissance qui créaient une fenêtre dans le fond du tableau.

 
 
Sylvie de Meurville