Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2 Sylvie de Meurville, entre 2

 

Sylvie de Meurville, entre 2 mers

Entre deux mers, deux sculptures, résine époxy blanche, 150 cm et 250 cm.

 
 
 
Entre deux

Installation, Abbaye de la Sauve Majeure, Gironde, commande de Monum, 2008.

Lire le texte de Jean-Didier Vincent

L'enveloppe brisée de l'abbatiale nous renvoie à notre propre peau, lisière entre nous et le monde. J'ai eu envie de réintroduire des images du vivant dans cet univers de spiritualité et de vide. Trois groupes de sculptures occupent trois espaces de l'abbaye : Entre deux mers, le nom donné au pays entre Garonne et Dordogne. Dans la traversée de la nef, grand vaisseau de pierre, deux coquilles vides, dressées comme les oreilles d'un animal aux aguets. Elles écoutent le vent qui traverse les ruines et renferment le bruit de la mer. Silva major, le nom de la grande forêt au sein de laquelle s'est implantée l'abbaye, maintenant remplacée par les champs de céréales. Une couronne d'herbes hautes se déploie au cour de l'abside, témoignage du monde végétal, avec ses cycles annuels, sa croissance et sa souplesse dans un patient renouvellement. Entre deux terres, à l'extrémité de l'ancien cimetière des moines. Une enveloppe de corps humain flotte au dessus du sol, accrochée au tronc d'un grand arbre. Les moines et leur vocation de passeurs entre deux mondes. Les arbres tendus entre terre et ciel. Et l'humain, entre cette terre et quelle autre  ?

 
 
Sylvie de Meurville